Pourquoi l'Echinacée est particulièrement recommandée aujourd'hui

Considérées par l'OMS comme la 4ème maladie mondiale, les allergies, dans leur ensemble, touchent une personne sur cinq sur la totalité des continents. Celle, plus communément appelée "Rhume des Foins", concerne aujourd’hui de plus en plus d’individus et s’installe dès le printemps.

Las des froides températures hivernales, le printemps est toujours accueilli comme un bienfaiteur. Pourtant, malgré son cortège de soleil et de jours qui s’allongent, il traîne avec lui l’incontournable "Rhume des Foins".

Une appellation bien trop sympathique ! 

En 1968, cette affection touchait près de 3 % de la population française, aujourd'hui ce pourcentage a été multiplié par 4 ! Un véritable fléau, souvent transmis par hérédité, qui apparaît entre l’enfance et l’âge adulte jusqu’à 35 ans.

Cette appellation "Rhume des Foins" cache en fait la rhinite allergique dont les symptômes se rapprochent d’un rhume traditionnel mais dont la cause est, non pas un coup de froid mais la floraison des végétaux. Il se traduit par un nez bouché, accompagné d’un écoulement nasal, d’éternuements à répétition et un gonflement des yeux.

Parfois, il peut aussi se manifester par un gonflement des lèvres avec prurit, un eczéma ou des douleurs abdominales et des migraines. Toutefois, même si ces symptômes sont ressentis, il est nécessaire d'évaluer aussi leur persistance et leur répétition annuelle pour conclure à une forme allergique. Ce diagnostic ne peut être établi d'ailleurs que par un médecin. Si elle est avérée allergique, cette rhinite est associée dans 50 à 60 % des cas à une conjonctivite allergique et à de l’asthme dans 20 à 30 % des situations.

En cause, les arbres, les herbacées et les graminées qui se réveillent notamment à la belle saison, mais pas seulement puisqu’on recense 2 à 3 saisons polliniques par an qui ont, de plus, tendance à s’allonger depuis une décennie.

Pourquoi une telle évolution ?

Le réchauffement climatique est en cause… En modifiant le rythme des saisons, les températures et la pluviométrie sont devenues des facteurs importants du développement des allergies. De plus l'augmentation des plantations d’oliviers et de cyprès, arbres aux facteurs allergisants importants, est également responsable de ce développement allergique.

Néanmoins, le "Rhume des Foins" dû aux arbres reste moins important que celui provoqué par les graminées (orge, seigle avoine, blé…) entre le printemps et l’été, et que l'on rencontre partout, près de la mer comme à la montagne, dans les prairies, les forêts, au bord des chemins…

Quant aux herbacées, telles que l’ambroisie, l’armoise ou même le chénopode, c’est leur persistance pollinique jusqu’en automne qui est à souligner.

Pour autant, malgré cette nature qui met à l’épreuve notre organisme, il est possible de profiter des belles saisons en diminuant les risques allergiques.

Il convient alors d'adopter les bons réflexes : privilégier les sorties le matin lorsque la quantité de pollen est plus faible dans l’air, prendre des douches régulières, bien se rincer les cheveux, porter des lunettes lorsqu’on sort et de changer de vêtements tous les jours.

De même, il est recommandé de ne pas étendre le linge en extérieur pour éviter que le pollen n’imprègne le tissu.

Des aides précieuses 

On peut aussi préparer son corps aux allergies en renforçant ses défenses immunitaires grâce à l’Echinacée. Une cure d’un mois à raison de deux gélules par jour et votre organisme se fabrique un véritable bouclier protecteur. Le Spray à la Propolis peut aussi être un bon complément à cette Echinacée. Facilement transportable, il suffit de 3 pulvérisations par jour pour retrouver une gorge apaisée.

Il existe aussi des solutions médicales plus radicales comme les antihistaminiques, les corticoïdes et la désensibilisation allergique.

Pour connaître sa propension aux allergies, il est fortement recommandé de procéder non seulement à des prises de sang mais aussi à des tests cutanés qui renseignent avec précision le type et la force cette affection. Ainsi, il devient plus facile de vivre avec l'allergie, voire même de l’éradiquer de notre quotidien.