Les bienfaits de la Thermothérapie

Nous l’avons tous expérimenté, la chaleur fait du bien en certaines circonstances. Par exemple, mettre une écharpe en laine autour du cou quand on est enrhumé, ou poser une bouillotte sur le côté droit de son abdomen quand on a mal au foie. Depuis la nuit des temps, d’instinct, les hommes ont compris que la chaleur soulageait certaines douleurs et ont utilisé ses effets antalgiques et analgésiques incontestables.

Ainsi, appliquer un gant de toilette imprégné d’eau chaude sur la nuque fait beaucoup de bien quand on a un torticolis. De même, on constate que l'utilisation des coussins chauffants et des lampes chauffantes se généralise actuellement. En traumatologie sportive, les kinésithérapeutes eux, font de plus en plus appel, pour soulager et soigner, aux bienfaits calorifères du rayonnement infrarouge.

En cas de problème pulmonaire, quel soulagement apporte un cataplasme chaud aux graines de moutarde appliqué sur la poitrine ! La peau transpire abondamment et s’opère une vasodilatation qui améliore la fonction respiratoire.

Et comment ne pas évoquer le bain chaud qui favorise l'apaisement des tensions musculaires et des douleurs articulaires. A ce sujet, les rhumatisants sont unanimes : la chaleur les soulage.

C’est la raison pour laquelle la plupart des baumes antidouleur comme le baume du tigre si réputé, sont "chauffants" par addition de certaines huiles essentielles et de camphre : l’élévation locale de la température rayonne au delà de la zone douloureuse qui est massée. La chaleur produit une vasodilatation, une détente des muscles, une diminution de la douleur car les récepteurs des terminaisons nerveuses relayent l’effet antalgique jusqu’au cerveau.

Pour bien comprendre ce lien, il faut faire un peu de pédagogie neuroanatomique concernant les articulations soulagées par la chaleur lorsqu’on a une arthrose. Les articulations sont particulièrement sensibles à la douleur car elles concentrent quantité de fibres nerveuses dans les différents tissus qu’elles mettent en relation : membrane synoviale, os sous-chondraux, tendons et ligaments.

On distingue deux types de fibres nerveuses :

D’une part, des fibres larges et de gros calibres entourés de myéline, substance lipidique qui sert d’isolant protecteur. Cette gaine de myéline qui protège ce type de fibres nerveuses peut être comparée au film en matière plastique servant à isoler des fils électriques.

D’autre part des fibres minces, qui sont nues, sans gaine de myéline protectrice. Les fibres myélinisées se trouvent dans les os, les tendons et les ligaments et les fibres non myélinisées se trouvent dans la membrane synoviale.

Et selon le type de fibres, la perception de la douleur (on dit aussi : nociception) est différente : les atteintes de fibres myélinisées provoquent de violentes douleurs ponctuelles, telles des piqûres d’une aiguille, et les atteintes des fibres non myélinisées provoquent une douleur permanente.

Dans les deux cas, les terminaisons des fibres nerveuses transmettent la douleur depuis des capteurs sensoriels jusqu’à la moelle épinière qui les transmet à son tour au cerveau où le message de la douleur est décodé. Or, en vieillissant la dégénérescence de ces capteurs accroît l’hypersensibilité. La chaleur joue alors un rôle car elle endort la douleur en quelque sorte, en anesthésiant les capteurs sensoriels des terminaisons nerveuses articulaires.

Des patchs chauffants pour soulager la douleur !

Les rhumatologues et les kinésithérapeutes conseillent aujourd’hui aux personnes souffrant de douleurs articulaires et musculairesl’utilisation de patchs chauffants. On peut qualifier l’action des patchs chauffants de thermothérapie car leur action :

• Apaise les douleurs articulaires : genoux, épaules, coudes, hanches, poignets…

• Soulage les courbatures et les tensions musculaires : les torticolis, les lumbagos...

A l’inverse d’un massage avec un baume antidouleur chauffant, qui a une action limitée dans le temps, l’intérêt d’appliquer un patch chauffant sur une zone douloureuse est la continuité de l’action antalgique. En effet, un patch chauffant reste actif pendant 10 heures.

Comment s’opère la thermothérapie ?

Les patchs chauffants sont constitués d’alvéoles contenant des éléments thermo actifs (mélange de fer, de sels et de charbon actif). Quand on ouvre l’emballage du patch s’opère une réaction au sein des alvéoles. Il suffit d’appliquer le patch sur la peau, et la chaleur augmente peu à peu pendant une trentaine de minutes, pour atteindre environ 40°. Et cette température reste constante pendant 10 heures.

Non seulement les patchs chauffants apaisent la douleur et soulagent les tensions mais ils favorisent également l’irrigation sanguine des zones concernées par leur application, provoquant la dilatation des capillaires et l’amélioration de l’apport d’oxygène. Cette vasodilatation est particulièrement bénéfique au niveau des tissus musculaires, ce qui explique combien ces patchs sont actifs en cas de contractures et aussi de crampes.Et ce n’est pas tout. La vasodilatation induite par les patchs chauffants favorise l’évacuation des déchets du métabolisme qui asphyxient les cellules et encrassent les tissus. Il en est ainsi, par exemple, de l’acide urique dont nous connaissons l’effet nocif, provoquant une congestion articulaire qui accroît la douleur arthrosique.

Oui, la thermothérapie est un excellent remède !